L’œil de Brassaï

Brassaï, les graffitis lui disent merci ! Le transylvanien de Brasov, après un premier séjour à Paris quand il était petit, s’y installe définitivement à 25 ans, et, sans perdre de temps, apprend le français en lisant À la recherche du temps perdu. Sans blague ! Il se laisse envoûter par la capitale de la Belle Époque, avant de regarder la vraie vie des bordels, les marlous, le cirque, les singes et les girafes au zoo, l’atelier de Picasso et les graffitis, donc, qui vont lui inspirer son grand œuvre, même si dans son œuvre la grandeur jaillit souvent, comme le montrent des perles de l’exposition Brassaï, pour l’amour de Paris, dont ce baiser dans l’ombre de la visière de l’amoureux. Doisneau montre, Brassaï suggère. Regardez la différence !

les oeuvres
les thèmes

# Objectif Brassaï

« C’est toujours à l’imparfait de l’objectif qu’il conjugue le verbe photographier » a dit Prévert de Doisneau. Belle formule, mais Brassaï avait une vision de l’objectif plus subjective, et trouvait absurde de dire aux modèles qui posaient pour lui « faîtes comme si je n’étais pas là ». Dans son objectif il a donc mis Paris dans sa poche, mais justement si vous voulez vous frottez vous-même à l’objectif d’un Nikon, lisez Vincent Lambert.

Livre - Flammarion - 2013
Brassaï, pour l’amour de Paris
Cyr Agnès de Gouvion Saint
Livre - Photo Poche - 2010
Brassaï
Brassaï
Livre - Pearson - 2013
Nikon D7100
Vincent Lambert

# Graffitis

Brassaï et Banksy même combat ? Banksy essaye à sa manière frondeuse du XXIème siècle de montrer que l’art est encore sous la coupe du pouvoir bourgeois qui contrôle le marché où il est question d’acheter une toile et non de faire le mur ; mur que Brassaï a tant aimé sans sortir sa fronde. Le mur, en anglais, « the wall », pourtant les nouveaux graffeurs n’écoutent pas Pink Floyd, mais du rap, du hip-hop, du garage, dont cette pépite, Original Pirate Material.

Livre - Flammarion - 1997
Graffiti
Brassaï
Film - 2010 -
Faites le mur !
Banksy
Disque - Wea - 2002
Original Pirate Material
The Streets

# Pour l’amour de Paris

On ne compte plus les amoureux de Paris, qui nous lassent à force. Brassaï aimait traîner dans les rues. Voyons voir comment les regarder avec les yeux du clochard de Paris insolite ; écoutons dans la rue les Parisiens du mois de mai 1962 dans un documentaire exceptionnel, Le Joli Mai, enfin, osons regarder le Paris de Meurtres pour mémoire, où l’amour laisse la place à la haine d’un préfet qui ordonne de massacrer des Algériens en 1961.

Livre - Points - 1952
Paris insolite
Paul Clébert Jean
Film - Arte éditions - 1963
Le Joli Mai
Chris Marker
Pierre Lhomme
Livre - Folio Noir - 1984
Meurtres pour mémoire
Didier Daeninckx

# La ville la nuit

Le livre culte Paris de nuit, paru en 1932, qui rend Brassaï célèbre, où soixante de ses photos sont présentées par un texte de Paul Morand, est introuvable ou à prix d’or. Excellente occasion pour découvrir d’autres merveilles. Un soir insolite à Paris est une alternative à la tisane ; le film Taxi Driver vous plonge dans la nuit new-yorkaise ; avec Le Troisième Homme de Carol Reed c’est dans les égouts de Vienne que vous allez avoir des sueurs froides.

Livre - Éditions Jonglez - 2007
Un soir insolite à Paris
Laurent Cassely Jean
Film - Sony Pictures - 1976
Taxi Driver
Martin Scorsese
Film - Studiocanal - 1949
Le Troisième Homme
Carol Reed

# Apprendre

C’est Kertész, hongrois comme lui, qui fut le premier maître de Brassaï pour la photo, et après on s’étonne ! Brassaï, après des études à Budapest, a appris beaucoup à Paris : le français, en lisant Proust, les graffitis en regardant les murs. Les graffitis qui ont depuis leur manuel scolaire. Apprendre par soi-même demande de la volonté, mais comment un maître peut-il aider des élèves à apprendre par eux-mêmes ? Réponse avec Le Maître ignorant.

Livre - Folio - 1913
À la recherche du temps perdu
Marcel Proust
Livre - Éditions Pyramyd - 2013
Graffiti School
Christoph Ganter
Livre - 10/18 - 1987
Le Maître ignorant
Jacques Rancière

Pendant ce temps là ...