Retour de l’étoile

Quasiment 50 ans, jour pour jour, après la sortie de son premier disque (un 45T qui n’intéressa personne à l’époque), David Bowie se fait à nouveau entendre avec un album pas forcément facile à aborder lors d'une première écoute. Après Blackstar, une sorte de suite luxueuse en trois mouvements où sa voix prend des allures de Scott Walker, ce sont six chansons bien pleines qui s’enchaînent. Jazz d’avant-garde, rythmiques drum’n’bass, guitares à la Cure et mélodies se chevauchant constituent le fond de cet enregistrement plus “arty” que foncièrement commercial. Arty mais beau, oui...

les oeuvres
les thèmes

# Artiste Européen

A la différence de la plupart des popstars britanniques ou américaines, David Bowie ne limite pas son univers artistique au seul monde anglo-saxon. De son intérêt pour la République de Weimar, à laquelle il associa sa découverte de Kurt Weill et de Bertolt Brecht, à son immersion dans les musiques sans références blues ou rock’n’roll nettement marquées de groupes comme Kraftwerk, il a souvent été chercher ses sources d’inspiration sur le Vieux Continent.

Audio - 1977
Trans-Europa Express
Kraftwerk
Audio - 1980
Scary Monsters
David Bowie
Audio - 1930
Opéra de quat'sous
Kurt Weill

# Rebelle Rebel

Il est logique que David Bowie ait été attiré par la rébellion artistique tout azimut de Dada, comme il a aimé la vie et la création en marge de la société des poètes Beat. Les écrits d’un George Orwell, n’acceptant pas un monde policé par les autres, ont profondément touché celui qui est parvenu à se faire entendre pendant cinq décennies en clamant une originalité dans laquelle même les punks et Philip Glass se sont reconnus.

Audio - 1992
Low Symphony
Philip Glass
Livre - 1958
Les Souterrains
Jack Kerouac
Livre - 1948
1984
George Orwell
Vidéo - 1991
Le Festin nu
David Cronenberg

# Une éponge culturelle

Quasiment rien n’a échappé à David Bowie, ni les grands mouvements artistiques passés ou présents, ni les modes (Fashion) quand elles étaient un tant soit peu dignes d’intérêt. Celui qui changea si souvent de look et de son a bien été un caméléon, comme on l’a souvent décrit, est un incorrigible curieux qui peut aussi bien s’intéresser au théâtre Kabuki, à l’expressionnisme allemand, à la dance music, à la musique contemporaine, qu’au jazz new-yorkais d’avant-garde.

Audio - 1977
Trans-Europa Express
Kraftwerk
Vidéo - 1989
Carnets de Notes sur vêtements et villes
Wim Wenders
Livre - 2014
Dictionnaire du Dadaïsme 1916-1922
Alexandre Georges
Mare Hugnet

# Musical et Théâtral

David Bowie est autant un artiste visuel que musical. S’il a tant plu aux foules, c’est qu’il composait et interprétait des chansons qui attiraient irrémédiablement l’oreille, mais aussi parce qu’il savait les présenter de la meilleure manière. Parfois en s’inspirant du cabaret et des revues brechtiennes qui l’ont tant marqué, d’autres fois avec un sens théâtral du grand spectacle. Il a parfois été sombre et “no look” et donc une référence majeure pour les post-punks de l’ère Thatcher.

Vidéo - 1972
Cabaret
Bob Fosse
Livre - 2007
Rit it Up and Start Again, Postpunk 1978-1984
Simon Reynolds
Audio - 1930
Opéra de quat'sous
Kurt Weill

Pendant ce temps là ...