Great Black Music

On peut dessiner le voyage originel de la Great Black Music en traçant sur un globe une route qui partirait de la côte Ouest de l’Afrique, qui longerait l’équateur pour remonter ensuite le long du Brésil, traverserait les Caraïbes et remonterait le Mississipi jusqu’à Chicago via La Nouvelle Orléans. On croiserait alors tous les courants musicaux qui se sont développés au fur et à mesure que les hommes naviguent loin des côtes. Mais vouloir être exhaustif dans une entreprise comme celle-là reviendrait à vouloir écoper le Titanic avec un verre à dent. Alors place, là encore, à la subjectivité la plus totale. A chacun d’écrire son voyage en fonction de ses goûts. Great Black Music, Cité de la musique jusqu’au 24 aout.

les oeuvres
les thèmes

# Great Black Music

Les origines africaines de ce qui deviendra la « Black Music » sont évidentes, mais c’est en se mélangeant aux musiques venues des autres coins du monde qu’elle s’est enrichie et a pris des formes aussi diverses que le blues, l’électro, ou l’afrobeat après avoir retraversé les océans jusqu’en Afrique via les ondes radio et les disques.

Disque - Charly - 1969
Jackson in Your House
Art ensemble of Chicago
Disque - Universal - 1975
Expensive Shit
Fela Anikulapo Kuti
Disque - Mercury - 1975
Mothership Connection
Parliament

# Musique classique

Au cours d’un voyage en Amérique où il découvre le jazz en 1928, Maurice Ravel déclare : « Vous, les Américains, prenez le jazz trop à la légère. Vous semblez y voir une musique de peu de valeur, vulgaire, éphémère. Alors qu'à mes yeux, c'est lui qui donnera naissance à la musique nationale des États-Unis. »

Disque - Blue Note - 1962
Money Jungle
Duke Ellington
Livre - 10/18 - 1992
Jazz
Toni Morrison
Livre - Parenthèses - 1971
Mingus moins qu’un chien
Charles Mingus
Disque -
Concertos Pour Piano
Sergueï Rachmaninov

# L’histoire continue

Il ne faut surtout pas croire que, parce qu’elle est honorée dans les musées, l’histoire de la Great black Music est figée pour l’éternité. Elle évolue depuis ses origines parce qu’elle se mélange avec les autres musiques, que la technique évolue et fait reculer les limites du possible, mais surtout parce que de nouveaux talents naissent tous les jours. Démonstration ci-dessus.

Disque - Sony - 2014
GIRL
Pharell Williams
Disque - Motown - 2008
New Amerykha Part One
Erikha Badu
Disque - U.R. - 1998
Interstellar Fugitives
U.R.

# Au commencement…

Le blues (qui doit beaucoup aux Celtes), le gospel, le jazz... sont considérés comme les bases de la black music moderne, celle qui va peu à peu sortir du ghetto dans lequel les blancs l’avaient parquée pour finir par être diffusée sur les ondes du monde entier. Les répertoires de certains de ces pionniers sont tellement puissants que des générations de musiciens cherchent à en percer les secrets depuis plus de cent ans. Et d’autres le feront après eux.

Disque - Columbia - 1936
The complete recordings
Robert Johnson
Livre - 10/18 - 1992
Jazz
Toni Morrison
Livre - Rivages / Rouge - 1984
Nowhere to run
Gerri Hirshey

# Musiques de combats

Les arts en général mais la musique en particulier – parce qu’elle se diffuse très rapidement – ont toujours servi à propager les revendications des minorités opprimées. En Amérique, en Jamaïque ou en Afrique les combats ne sont pas toujours de même nature, mais l’engagement reste tout aussi virulent.

Disque - Universal - 1975
Expensive Shit
Fela Anikulapo Kuti
Disque - Polydor - 1968
Say it loud – I’m black and I’m proud
James Brown
Disque - Island - 1976
Super Ape
The Upsetters & Lee Perry
Disque - Def Jam - 1989
Fear of a black planet
Public Enemy

Pendant ce temps là ...