Nicolas de Staël : la peinture à l’état pur

« Merci de m’avoir écarté du gang de l’abstraction avant » dit Nicolas de Staël, en 1950, à Bernard Dorival, conservateur du Musée National d’Art Moderne. Il détournait ainsi l’actualité du « gang des tractions avant » pour annoncer qu’il considérait la peinture de Pierre Soulages et de Georges Matthieu comme « nulle et non avenue » selon Laurent Greilsamer, l’un de ses biographes. Nicolas de Staël a inventé une voie entre l’abstraction et la figuration : la peinture à l’état pur. 2014, année du centenaire de sa naissance, une exposition lui est consacrée au Havre. Ce parcours vous propose de découvrir l’artiste, à travers ses amis, le port du Havre, le sud de la France, la musique... et le foot.

les oeuvres
les thèmes

# L’artiste vertigineux

Quelle trajectoire ! Car si le prince Nicolas de Staël se suicide en 1955, à la différence de Van Gogh, il connut le succès de son vivant. Regardons ses peintures comme nous y invite le petit livre de Jean-Louis Andral, peintures qui furent les seules témoins de l’intimité que Nicolas de Staël entretenait avec son travail qui le poussa à monter très haut. Trop haut ? On sait depuis Icare et Prométhée qu’on risque gros à défier les dieux.

Livre - Editions des Falaises -
Ciels, terres, mers
Louis Andral Jean
Livre - Livre de Poche - 1998
Le Prince foudroyé
Laurent Greilsamer
Livre - Ides et Calendes -
Nicolas de Staël dans son atelier
Antoine Tudal

# Le premier cercle

Dans l’intimité de Nicolas de Staël, il y a Jeannine sa première femme, la mère d’Antek. Ensuite, il y a Georges Braque rencontré en 1945 qui illustre Soupentes le recueil des poèmes d’Antek. Puis arrive René Char qui le considère, en 1951, comme un peintre reconnu, à côté de Picasso, Matisse, et de Braque. Nicolas de Staël a eu aussi le soutien de nombreux galeristes et critiques d’art. Bref, il était aussi entouré que peut l’être un génie qui, par définition, reste seul.

Livre - NRF Poésie Gallimard - 1948
Fureur et mystère
René Char
Livre - Editions RMN - 2013
Georges Braque
Catalogue de l’exposition au Grand Palais
Livre - Ides et Calendes -
Lettres de Nicolas de Staël
Présentées par Pierre Daix

# Les ports sans angoisse

Nicolas de Staël a souvent peint les rivages du sud mais aussi les ports du nord de la France comme Le Havre, Honfleur ou Dieppe. Les ports qui accueillent des porte-conteneurs appellent le cinéma, car si les conteneurs livrent les super marchés dont la poésie a déserté les rayons, les portes conteneurs délivrent leur poésie titanesque ; les regarder c’est les adopter.

Film - TF1 - 2012
38 témoins
Lucas Belvaux
Film - TF1 DVD - 2011
Le Havre
Aki Kaurismäki
Livre - Gallimard - 2003
Le tour du monde en porte-conteneurs
Emmelene Landon

# Bande son

La peinture de Nicolas de Staël est très rythmée. Inspiré par la musique contemporaine qu’il découvre dans des concerts organisés au théâtre Marigny en 1953, le peintre, à la même époque, se passionne également pour le jazz qui lui inspirera Les Musiciens. C’est un tableau contemporain du Havre que nous montre Kaurismäki dans son film avec la présence toute symbolique de Roberto Piazza aka Little Bob (Story), groupe fétiche du rock havrais.

Film - TF1 DVD - 2011
Le Havre
Aki Kaurismäki
Disque - Blue Note -
Best of
Sydney Bechet
Disque - Soundmark Records -
Sérénade - Variations de Schoenberg
Philarmonia Orchestra Robert Craft

# L’épure du geste sportif

Un soir d’hiver, Nicolas de Staël va voir le match de foot France-Suède qu’il regarde en poète ivre de couleurs. Les tableaux Les footballeurs ne sont pas abstraits car, comme Delacroix, Nicolas de Staël compose avec son pinceau dont la fougue traduit l’essence du match. Anne Delbée montre comment une artiste loin du foot peut s'en rapprocher à travers son œuvre. Il n’y a pas que le foot dans la vie, lisons Sur l’eau, un roman sur l’énergie d’un « deux sans barreur », qui aurait plu à Nicolas de Staël.

Livre - Editions Palette - 2014
Art et foot
Mélanie Gentil
Livre - Folio - 2000
Sur l’eau
Hans Marten Van den Brink
Livre - Quatre chemins - 2006
La 107e minute
Anne Delbée

# Voyages

« Voyager c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigue. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire...» écrit Louis Ferdinand Céline en avant propos de Voyage au bout de la nuit. Voici trois options de voyages : la peinture de Nicolas de Staël, les vers de René Char, ou les porte-conteneurs. Nicolas de Staël était lui-même un voyageur, d’abord contraint, très jeune, pour fuir la révolution russe. Il découvre ensuite la Belgique, où il se forme, puis le Maroc et la Sicile. Sa peinture est faite d’allers-retours entre le nord et le sud, jusqu’à ce que, regardant le sud on ait l’impression de voir le nord.

Livre - NRF Poésie Gallimard - 1948
Fureur et mystère
René Char
Livre - Gallimard - 2003
Le tour du monde en porte-conteneurs
Emmelene Landon
Livre - Gallimard - 2014
Nicolas de Staël Lumière du nord, lumière du sud
Catalogue de l'exposition

Pendant ce temps là ...