Daniel Darc, 1959-2013

Daniel Darc a été retrouvé mort jeudi 28 février dans son appartement parisien du XIe arrondissement. Depuis sa découverte avec Taxi girl en 1980, ses fans traquaient ses singles Chercher le garçon, Mannequin, Paris, Nous sommes jeunes, nous sommes fiers, Aussi belle qu’une balle enregistrés avec son groupe, puis en solo La Ville, Sous aucun prétexte, Je suis déjà parti... Pendant les années 1990, il sombre dans ses addictions et on perd sa trace alors que son compagnon d’infortune de Taxi girl, Mirwais, découvre la gloire en produisant l’album Music de Madonna. Ce n’est qu’en 2004 que Daniel Darc revient sur le devant de la scène avec Crève Cœur, un album magistral qui le fera connaître à un plus large public. S’en suivront Amours suprêmes et La Taille de mon âme qui sonnent comme d’admirables confirmation de la renaissance de ce garçon sauvage qui, après avoir vécu mille morts, aura réussi le tour de force de réconcilier le Rock’n’Roll et la chanson française la plus exigeante.

les oeuvres
les thèmes

# Chemin de croix

« Je voulais être guitariste junky. J'ai réussi à faire junky, je ne suis jamais arrivé à être guitariste.» Après un unique album et une poignée de singles, Taxi Girl se séparait, usé par les conflits, les drames et un mode de vie façon kamikaze. Daniel Darc passera l’essentiel des années 1980 et 1990 consumé par les addictions en tous genres comme nombre de ses héros. Jusqu’en 2004 où il revient débarrassé d’un fardeau qui faillit l’emporter à plusieurs reprises...

Disque - Mercury - 2004
Crève Cœur
Daniel Darc
Film - MGM - 1989
Drugstore cowboys
Gus Van Sant
Matt Dillon
Kelly Lynch
Film - Wild Side - 1992
Bad Lieutenant
Abel Ferrara
Harvey Keitel
Disque - Virgin - 1981
Seppuku
Taxi Girl

# Les racines

Nourri de mythologie rock, Daniel Darc idolâtrait Eddie Cochrane, Elvis, Johnny Cash, Bob Dylan, Keith Richards, les Stooges etc. et égrenait une litanie d’objets d’adoration à longueur d’entretiens. Il aura fini par ressembler à ses héros et à faire la musique qu’il aimait après avoir clamé son dégoût pour la pop synthétique qui le fit connaître. Revenu d’entre les morts par la grâce d’une conversion au protestantisme, il enregistre l’album Crève Cœur en 2004. Daniel Darc, né Rozoum, restera toujours profondément attaché à ses racines juives : « pour moi, ce n'est pas du tout renier la religion juive, disait-il, c'est aller plus loin. »

Disque - RCA - 1954-1955
Sun sessions
Elvis Presley
Livre - Seuil -
Une vie bouleversée – Journal 1941 - 1943
Etty Hillesum

# Les deux faces de la médaille

Daniel Darc avait ses héros... et ses alter egos. La muse de la Factory, la belle et vénéneuse Nico lui ressemblait comme une sœur, les Stranglers qui les accompagnèrent un temps avait le même goût du danger; Mirwais son alter ego de Taxi Girl, qui connut la gloire en produisant Madonna au moment où Darc plongeait dans les abîmes. Et, à des années lumière « des jeunes gens modernes », Téléphone, le groupe français le plus populaire de l’époque qu’on n’écouta plus de la même façon après avoir découvert Taxi Girl.

Disque - United Artists - Alter Egos - 1979
The Raven
The Stranglers
Disque - EMI - 1980
Au cœur de la nuit
Téléphone
Disque - Polydor - 1967
Chelsea girl
Nico

# Les jeunes gens modernes

Après la vague punk, au tournant des années 80, Taxi Girl et la génération que le journal Actuel baptisera « les jeunes gens modernes » (Elli & Jacno, Kas Product, Suicide Romeo, Mathématiques Modernes, Ruth…), propose en France une autre vision du rock’ n’roll. Froide, synthétique, distanciée. A cette même époque Libération révolutionne littéralement le traitement de la musique sous la plume d’Alain « no future » Pacadis, Bayon, Serge Loupien...

Livre - Grasset - 1987
Le Lycéen
Bayon
Livre - Denoël - Réédition 2005
Nightclubbing (1973 -1986)
Alain Pacadis
Disque - Virgin - 1981
Seppuku
Taxi Girl

# Du rock 50’s au post punk

Fasciné par les premiers bluesmen et les rockers des années 1950, Darc y restera fidèle jusqu’au bout. Mais ce sont les déflagrations du punk qui déclencheront l’envie de participer à la bataille. Et entre temps, Kraftwerk et le Suicide d’Alan Vega et Martin Rev étaient passés par là... Alan Vega était d’ailleurs lui-même une sorte de chanteur de Rockabilly branché sur synthétiseurs : la boucle est bouclée.

Disque - Celluloïd - 1980
Alan Vega
Alan Vega
Disque - United Artists - Alter Egos - 1979
The Raven
The Stranglers
Disque - RCA - 1954-1955
Sun sessions
Elvis Presley
Disque - Virgin - 1981
Seppuku
Taxi Girl

# Panthéon personnel

De la littérature à la musique en passant par le cinéma, Daniel Darc cultivait frénétiquement son jardin : Baudelaire, Mishima, Drieu La Rochelle, Jean Genet, Kerouac, Burrough, Ginsberg, Hubert Selby Jr, Elvis, Johnny Cash, Johnny Thunder, Dillinger, James Brown, Serge Gainsbourg… La liste est longue voire interminable de tous ceux qui constituaient le Panthéon de l’ex-chanteur de Taxi Girl.

Film - Arte Vidéo - 1963
Le Feu follet
Louis Malle
Maurice Ronet
Jeanne Moreau
Disque - RCA - 1954-1955
Sun sessions
Elvis Presley
Livre - Folio - 1968
Le soleil et l’acier
Yukio Mishima
Film - Pathé - 1945
Les Enfants du Paradis
Louis Barrault Marcel Carné
Arletty
Jean

Pendant ce temps là ...