woodstock

Michael Wadleigh - 1970

« Pour moi, ça reste le grand rêve absolu. Etre dans la boue, écouter le Grateful Dead en prenant des acides, dormir à la belle étoile avec 400 000 personnes autour de soi, être réveillé par le Jefferson Airplane à 5h du matin. Il y a un rêve de Woodstock qui est le grand festival où tout se passe bien, les gens mettent leur cerveau et leur énergie en commun. Il y a un son unique dans ce festival. Je ne sais pas si c’était la sur-amplification démente, ou les gens qui applaudissent… Quand on écoute le disque ou que l’on regarde le film, ça reste un souvenir monumental. »