Road Stories

La route a longtemps été synonyme d’exodes et d’exils, avant que le « hobo » et autre « clochard céleste » ne deviennent des figures romantiques. Avec Kerouac, le fait de tailler la route a acquis cette dimension mystérieuse et fascinante, mêlant soif de liberté et quête de beauté : elle nous libère du poids de la norme. L’errance devient un défi à l’ordre social et un acte d’insoumission. La route, c’est le dernier territoire partagé, celui des marginaux, des exclus. Comme nous sommes peut-être tous des nomades contrariés, on profitera de la réédition du premier texte de Cendrars, Mon voyage en Amérique, pour s’offrir une bonne ventrée d’asphalte. A Long Way from Home...

les oeuvres
les thèmes

# Routes mythiques

La route, une fois tracée, permet de relier les hommes entre eux et de favoriser les échanges : avec ses caravanes et ses convois, la Route des Indes ou celle de la Soie sont devenue des épopées hautes en couleurs. D’autres routes célèbres tirent leur aura du fait qu’elles façonnent et transforment littéralement les voyageurs qui les empruntent comme celle qui mène (encore) les hippies à Katmandou, ou comme le chemin de Compostelle ; elles charrient autant d’aventures utopiques que de périples spirituels et initiatiques... Dis-moi quelle route tu as prise, je te dirai qui tu es.

Livre - Points - 1959
Mexico City Blues
Jack Kerouac
Livre - Naïve - 1975
Rolling Thunder
Sam Shepard
Livre - Quadrants -
Le Marin, l’Actrice et la Croisière Jaune
Hautière et Poitevin
Livre - Gallimard - 1912
Mon voyage en Amérique
Blaise Cendrars

# Du hobo au clochard céleste

Jack London avait rendu hommage au « hobo », ce déclassé célébré par Woody Guthrie, qui voyage en « brûlant le dur » - sur les essieux des trains. Kerouac, lui, a célébré le « clochard céleste », vagabond et poète. Mais le voyage n’est plus seulement un « agrément » : on est sorti du romantisme de Rimbaud, pour qui la bohème était idéale. Désormais, le routard revendique son déracinement et, lorsqu’il croise d’autres égarés, c’est l’errance, pas toujours heureuse, qui est en partage. Pour l’écrivain, la route est une page blanche qu’il faut remplir, et écrire consiste alors aussi à « trouver le passage ».

Livre - Phébus / Libretto - 1907
La route : Les Vagabonds du rail
Jack London
Livre - 10/18 - 1971
Première jeunesse
Neal Cassady
Livre - Naïve - 1975
Rolling Thunder
Sam Shepard
Livre - Naïve - 19752002
La Vallée des réputations
Jean Leloup

# En cavale

Pour le fuyard, la route devient parfois un périple sans fin. Des romans et films de « traque » et de « cavale », de La Nuit du Chasseur à Rambo, on retient que le chasseur peut devenir la proie. Pour d’autres, Bonnie et Clyde, Butch Cassidy et Le Kid, la cavale, c’est un air de liberté farouche, quasiment un art de vivre. Car la route est aussi le royaume des desperados, pirates et autres Hells Angels. Un territoire hors des lois...

Livre - 10/18 - 1971
Première jeunesse
Neal Cassady
Livre - Rivages - 2015
La Terre sous les ongles
Alexandre Civico
Livre - Rivages - 20151971
Macadam à deux voies
Monte Hellman

# Labyrinthes urbains

Voies archi-balisées, surpeuplées, sillonnées par des milliers d’anonymes : les routes urbaines sont noyées dans des enchevêtrements de passerelles et de buildings, elles semblent mener nulle part. Elles disent l’aspect concentrationnaire et aliénant de la ville, où chacun doit se débrouiller pour tracer son propre sillon. La ville est aussi un espace de nomadisme, d’errances et de parcours initiatique. Là où le Macadam Cowboy s’y perd, d’autres arpenteurs et poètes-explorateurs, comme Fernando Pessoa ou Nik Cohn, en ont fait leur espace de prédilection.

Livre - 10/18 - 1992
Broadway, la Grande Voie blanche
Nik Cohn
Livre - 10/18 - 19922014
Au bord du monde
Claus Drexel
Livre - Gallimard - 1912
Mon voyage en Amérique
Blaise Cendrars

# Impasses et terminus

L’aventure tourne parfois au roman – ou au film - noir, et la route devient le tombeau de ceux qui s’imaginent pouvoir goûter à la liberté sans se brûler les ailes, comme Thelma et Louise. Mais c’est aussi l’errance qui nous révèle ce qui nous fixe et nous attache : c’est la leçon que tire Travis, le personnage de Paris, Texas . Le vrai héros, ou le vrai « sage », n’est-il pas celui qui réussit à voyager immobile ? Pascal le formulait ainsi : « Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos, dans une chambre »…

Livre - 10/18 - 1992
Broadway, la Grande Voie blanche
Nik Cohn
Livre - 10/18 - 19922003
Carnets de voyages
Walter Salles
Livre - 10/18 - 199220032014
Au bord du monde
Claus Drexel
Livre - 10/18 - 1992200320141973
Electra Glide In Blue
James William Guercio

# Les chemins du savoir et de la création

Avant les autoroutes de l’information, celui qui taillait la route, du cavalier du «Pony Express » au musicien de blues, était porteur de nouvelles, mais aussi de cultures : il disait l’immensité du monde en faisant le lien avec les communautés éloignées. Le routard est aussi cet individu éclairé qui rend le monde intelligible. La route est en elle-même un lieu de création, pour les artistes, musiciens, gens de cirque, peintres et plasticiens. Des Banksy et autres Andy Goldsworthy changent notre perception de la route : elle devient alors quasiment un parcours d’expo sauvage, et la voie proposée, c’est celle de l’imaginaire de l’artiste.

Livre - Rivages - 1998
Du bon usage de la lenteur
Pierre Sansot
Livre - Rivages - 19982001
Rivers and Tides
Thomas Riedelsheimer
Livre - Naïve - 1975
Rolling Thunder
Sam Shepard

Pendant ce temps là ...