Monsieur Cinéma

Au moins aussi cinéphage que cinéphile, Quentin Tarantino avale tout ce qu’il voit. Fan de films d’horreur et de burlesque à l’âge de cinq ans, de westerns spaghettis et de Blaxploitation à l’âge de neuf ans, il sèche les cours pour aller dans les cinémas de quartiers pendant sa scolarité. Puis s’engage dans un vidéo-club pour se mettre en règle : sa vie sera consacrée au cinéma. Il se met alors lui-même à écrire ses scripts puis à réaliser ses films. Et, comme par hasard, ceux-ci renvoient à leur tour à la mythologie du cinéma, revisitent les archétypes, jouent avec les codes... Comme « Django Unchained », le petit dernier. Visite guidée.

les oeuvres
les thèmes

# Western Spaghetti

L’expression western spaghetti désigne un pan du cinéma italien consacré au western - un sous-genre qui se caractérise notamment par des codes esthétiques spécifiques (les gros plans !), des poncifs (les duels !), des bandes originales facilement identifiables (Ennio Morricone !), et qui est passé à la postérité grâce à quelques films mythiques : Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’Ouest, On l’appelle Trinita, Mon nom est Personne, etc...

Film - 2012
Django unchained
Quentin Tarantino
Disque - 2007
Voice
Edda Dell’Orso
Film - Wild Side Video - 1966
Django
Sergio Corbucci

# Le cinéma français

Tarantino aime le cinéma français. Godard bien sûr (Il a nommé sa société de production en hommage à l’un de ses films: « Bande à part »), mais aussi Truffaut, Melville, Eustache, Malle. Et plus récemment Gaspard Noé (« Enter the void ») ou encore Hélène Cattet et Bruno Forzani (« Amer ») on fait partie du palmarès 2010 de ses meilleurs films.

Livre - Editions Léo Scheer - 2011
Le dictionnaire Eustache
Antoine de Baecque
Film - Studio Canal -
Coffret Jean-Pierre Melville
Melville
Jean-Pierre
Film - Studio Canal - 1984
Canicule
Yves Boisset

# La Blaxploitation

Le terme désigne les films d’exploitation généralement tournés dans la première partie des années 1970 et mettant en scène des héros noirs. Politiquement incorrect, parfois amoral, le cinéma blax’ était le plus souvent tourné en franc-tireur, c’est-à-dire sans un kopeck des studios. « Quand j'ai découvert les films de la Blaxploitation, j'ai ressenti un véritable choc. C'était une voix nouvelle dans le cinéma, drôle, extravertie, sexy, provocante, l'expression de la fierté des Noirs dans leur culture, l'attitude de la rue, l'argot, la musique. On n'avait jamais vu ça auparavant. Et moi, j'ai tout dévoré », Quentin Tarantino.

Film - 1972
Cool breeze
Barry Pollack
Film - Arte Vidéo - 1971
Sweet Sweetback's Baadasssss Song
Melvin Van Peebles
Livre - Alia - 1986
Sweet Soul Music
Peter Guralnick

# La guerre de Sécession

La guerre de sécession (1861-1865) qui déchira les Etats-Unis entre abolitionnistes et esclavagistes, et qui mit finalement un terme à l’esclavage après la victoire des armées de l’Union, n’a jamais cessé d’inspirer le cinéma américain, de Don Siegel à Clint Eastwood en passant par Sergio Leone ou les frères Coen…

Film - 2012
Django unchained
Quentin Tarantino
Film - Paramount Pictures - 2010
True grit
Joel & Ethan Coen
Film - Arte Editions -
The Civil War - la guerre de sécession
Ken Burns

# Amerikkka

Fondé à la fin de la guerre de Sécession américaine qui vit l’abolition de l’esclavage en 1865, Le Ku Klux Klan est une organisation qui prône la suprématie de la « race » blanche sur toutes les autres. Si l’organisation disparaît officiellement en 1944, ses membres continuent longtemps à se manifester sur le territoire avant de s’associer à d’autres mouvements de l’extrême-droite américaine. Le Fantôme du K.K.K. plane aujourd’hui encore sur l’imaginaire américain… Mais Tarantino préfère en donner une représentation aussi pathétique qu’hilarante dans « Django Unchained ».

Film - 2012
Django unchained
Quentin Tarantino
Film - Arte Editions -
The Civil War - la guerre de sécession
Ken Burns
Livre - Alia - 1986
Sweet Soul Music
Peter Guralnick
BD - Emmanuel Proust Editions - 2002
Amerikkka
Roger Martin
Nicolas Otero

# Cinéma Bis

Le terme Cinéma Bis est une expression cinéphilique qui désigne des films réalisés pour reprendre des recettes déjà éprouvées, mais avec des moyens limités et destinés au public populaire. Le cinéma Bis recouvre l’ensemble des films des cinémas B et Z mais également les films d’exploitation et plus généralement les films de genre destinés naguère au circuit des salles de quartier (fantastique, horreur, érotique, action…).

Film - 1972
Cool breeze
Barry Pollack
Film - Vintage Classics / Wild Side - 1962
Le Carnaval des âmes
Herk Harvey
Film - Studio Canal - 1984
Canicule
Yves Boisset
Film - Europa - 2008
Soyez sympas, rembobinez
Michel Gondry

# Pulp Culture

La culture pulp tient son nom des pulps magazines, type de revues très populaires dans la première moitié du XXe siècle aux Etats-Unis et connues pour leur violence narrative et graphique et leurs dialogues cruels et incisifs. Tarantino a, bien sûr, largement contribué à la réhabilitation du genre.

Film - Europa - 2008
Soyez sympas, rembobinez
Michel Gondry
Livre - Walrus Books -
Bang Bang Press

# Nanars cultes

Cinéphile à la passion dévorante, Tarantino cultive le goût du nanar depuis sa plus tendre enfance, il en a augmenté les doses en en consommant des quantités invraisemblables lorsqu’il travaillait dans un vidéo-club. Certains d’entre eux font partie de son Panthéon personnel, au même titre que des chefs d’œuvre de l’histoire du cinéma.

Film - 1972
Cool breeze
Barry Pollack
Film - Arte Vidéo - 1971
Sweet Sweetback's Baadasssss Song
Melvin Van Peebles
Film - Studio Canal - 1984
Canicule
Yves Boisset

Pendant ce temps là ...