la-mule

Clint Eastwood - 2018
Je me souviens que, quand j’écrivais des papiers sur les premiers films de Clint Eastwood dans Les Nouvelles Littéraires, je prenais plus d’insultes que de compliments. A l’époque, je faisais aussi ça par provocation. Le tournant, en France, c’est l’hommage qui lui a été rendu à la Cinémathèque dans les années quatre-vingt. J’ai préféré American Sniper (2014) à La Mule. Mais je changerai peut-être d’avis en le revoyant. On change moins d’avis sur la peinture ou la lecture, qu’on ne change d’avis sur le cinéma. On peut avoir mal à la tête le jour de la première vision et avoir un autre regard quelque temps plus tard.