Jagger / Richards : Je t’aime, moi non plus

«Mick Jagger et moi, c'est un mariage, dit souvent Keith Richards. On s'engueule, mais il faut bien s'occuper du bébé.» Dans la formidable longévité de ce «bébé» - les Rolling Stones, ce 13 juin au Stade de France - il y a avant tout celle du duo formé par le chanteur et le guitariste, qui se sont eux-mêmes inventés, vers 1969, un surnom de jumeaux (les «Glimmer twins»). Camarades d'école devenus amis par amour de Chuck Berry et du blues, puis co-auteurs de l'œuvre du groupe, il y a longtemps qu'ils ne se supportent plus, mais savent qu'ils ne sont rien sans l'autre. En un demi-siècle de carrière, ils auront connu l'entente idyllique, la cohabitation orageuse et la tentation du divorce, avant d'arriver au mariage de raison. Toutes les figures du couple créatif...

les oeuvres
les thèmes

# A l'unisson

Un concert des Stones, c'est pour l'essentiel des morceaux écrits au cours de leurs 15 premières années de collaboration. Une entente miraculeuse, à l'époque, entre deux hommes capables de s'enfermer en tête à tête pour «pondre» des chansons sur commande, mais aussi de magnifier les propositions de l'autre (le texte de Jagger sur le riff de Satisfaction apporté par Richards, ou au contraire le travail en studio du guitariste pour arranger le Sympathy for the devil du chanteur). Au final, comme aujourd'hui chez le jeune groupe Gush ou encore dans le cinéma des frères Coen, bien malin qui peut dire qui a fait quoi...

Film - Carlotta Films - 1968
One + One (Sympathy for the Devil)
Luc Godard Jean
Disque - Universal - 1966
Aftermath
The Rolling Stones
Disque - Cinq7 - 2014
Mira
Gush
Film - MGM / United Artists - 1996
Fargo
Joel & Ethan Coen

# Désaccords

Quand les unions créatives en viennent au conflit, voire aux mains, la fin est souvent proche. La tentative d'atelier commun des peintres Gauguin et Van Gogh s'est terminée dans un bain de sang (celui de l'oreille du Néerlandais), et l'album Pet sounds a sonné le glas du rôle dominant de Brian Wilson au sein des Beach Boys, le reste du groupe lui reprochant son échec commercial. Mais la guéguerre ne nuit pas toujours au travail. La musique d'Ike et Tina Turner fut ainsi à son meilleur à une époque où la chanteuse était en proie aux diktats (et aux coups) de son mari-manager-producteur. Et les Stones, jusqu'aux années 90, se sont montrés capables de ravaler leurs rancœurs, au moins le temps d'un disque.

Disque - Polydor - 1994
Voodoo Lounge
The Rolling Stones
Film - Eagle Vision - 1971
Live in '71
Ike & Tina Turner
Livre - Autour du livre - 2007
Pet Sounds, l'achèvement de Brian Wilson
Gaël Tynevez
Livre - Gallimard - 2002
Van Gogh et Gauguin, l'atelier du Midi
Douglas W. Davick
Peter Kort Zegers

# A quatre mains

Les vrais couples créatifs, ceux chez qui on ne sait pas vraiment qui fait quoi, sont rares. Chez les Stones, l'équation «musique de Richards, paroles de Jagger» est le plus souvent erronée. De même, le tandem d'auteurs de polars Boileau-Narcejac n'a jamais révélé ses secrets de fabrication. Les frères Goncourt écrivaient réellement à quatre mains. Et si les frères Coen s'attribuent des rôles au générique (Joel à la réalisation, Ethan à la production), c'est par pure commodité, alors qu'en réalité ils sont coauteurs des scénarios et tous deux au charbon derrière la caméra ou au montage.

Livre - Robert Laffont - 1951-1959
Quarante ans de suspense (volume 1)
Narcejac Boileau
Film - MGM / United Artists - 1996
Fargo
Joel & Ethan Coen
Livre - Grasset - 2004
L'indiscrétion des frères Goncourt
Roger Kempf
Disque - EMI - 1952-1965
The songs of Leiber&Stoller
Leiber&Stoller

# Le frère que je n'ai jamais eu

Certains créateurs sont tellement associés dans l'imaginaire collectif qu'on jurerait leurs œuvres communes, même quand ce n'est pas le cas, ou si peu. François Truffaut et Jean-Luc Godard n'ont jamais travaillé ensemble, mais leur amitié et leurs regards croisés sur le cinéma de l'autre furent si intenses qu'ils ont fini par former un couple de légende. De même, l'histoire commune de Van Gogh et Gauguin va bien au-delà de leur courte (et orageuse) collaboration, tout comme celle d'Hergé avec l'autre pape de la «ligne claire» en BD, Edgar P. Jacobs, le créateur de Blake et Mortimer.

Film - New Wave - 2011
Deux de la vague
Antoine de Baecque
Emmanuel Laurent
Livre - Points Seuil - 2003
La damnation d'Edgar P. Jacobs
Benoît Mouchart
François Rivière
Livre - Gallimard - 2002
Van Gogh et Gauguin, l'atelier du Midi
Douglas W. Davick
Peter Kort Zegers

# A l'ombre

Ceux-là n'ont jamais présenté leur travail comme une réalisation commune, pas même Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, alors même que leur union très libre fut indéfectible surtout du côté de l'engagement et du soutien à l'œuvre de l'autre. Dans ces couples déséquilibrés, le rôle du personnage de l'ombre mérite d'être réhabilité : c'est bien Tina Turner, avec ses réinterprétations de morceaux rock, qui a emmené son duo avec Ike au sommet, tandis que le méconnu pianiste et arrangeur Billy Strayhorn a été la cheville ouvrière de l'orchestre de Duke Ellington pendant 25 ans.

Film - Eagle Vision - 1971
Live in '71
Ike & Tina Turner
Disque - Riverside - 1950
Piano Duets – Great Times!
Duke Ellington
Billy Strayhorn
Livre - J'ai Lu - 2002
Les amants de la liberté, Sartre et Beauvoir dans le siècle
Claudine Monteil

Pendant ce temps là ...