five-obstructions

Lars von Trier , Jørgen Leth - 2003
(Pour Five obstructions, Lars von Trier a défié Jørgen Leth de réaliser cinq remake de son propre film The Perfect Human, suivant des règles que Lars von Trier lui a imposées Ndlr) Cela rejoint un peu L’Odyssée. On s’aperçoit que les contraintes sont toujours génératrices de créativité. Je pense souvent à Stravinsky qui disait que la contrainte c’est la liberté. L’idée de la commande est d’ailleurs quelque chose qui a traversée toute l’histoire de la culture et de l’art en général. La contrainte est un moyen de sortir de ses propres ornières. C’est ce qui me passionne dans Five obstructions, un artiste doit travailler à se libérer de ses propres obsessions. Ce film me rappelle sans arrêt qu’il faut prendre des chemins de traverse, essayer d’autres choses, des choses vers lesquelles vous ne seriez pas allé naturellement.