ESPION, SPY, SPION, ШПИОН…

À l’heure où Spectre, le dernier James Bond, déferle sur les écrans du monde entier, il est temps de se pencher sur celui que beaucoup voit comme « Un dinosaure misogyne et sexy, une relique de la guerre froide ». Les conflits qui éclatent sans cesse partout sur le globe le poussent-ils à la retraite, à la casse, ou les nouvelles formes que prend le Mal le rendent-elles indispensable ? Le temps est venu de se replonger dans les vertiges de l’espionnage ou, en tout cas, de ses représentations.

les oeuvres
les thèmes

# Guerre Froide

La guerre froide est le milieu naturel de l’espionnage. L’affrontement souterrain entre les Russes et les Américains a nourri de l’intérieur un genre qui s’est déployé, entre l’Est et l’Ouest, dans la littérature et dans le cinéma, comme en témoignent les romans tourmentés et tordus de John Le Carré ou, parmi d’autres films, le chef-d’œuvre baroque de John Huston, La Lettre du Kremlin...

Livre - 2014
Expo 58
Jonathan Coe
Livre - 1974
La Taupe
John Le Carré
Vidéo - 1970
La Lettre du Kremlin
John Huston

# Typically British

En matière d’espionnage, rien de mieux que les Anglais. Ils sont les maîtres d’un genre aux nuances infinies et aux règles tordues qui va, dans les années 50-70, de la version pop proposée par Ian Fleming et son James Bond de héros à celle, bien plus complexe, de John Le Carré. Sans oublier les musiques très Swingin’ London de John Barry ou David Whitaker. Même dans les années 2010, c’est encore un Anglais, Jonathan Coe dans son roman Expo 58, qui ressuscite les agents doubles de tout poil.

Vidéo - 2014
Fleming
John Brownlow
Don Mc Pherson
Vidéo - 1965
Ipcress, Danger Immédiat
Sidney J. Furie
Livre - 2012
Les Archives James Bond
Duncan
Paul

# Surveillance

La surveillance, l’écoute sont au cœur des dispositifs de l’espionnage. Elles concernent le versant traditionnel du genre mais ont pris une autre dimension avec les technologies contemporaines. Comme en témoigne Edward Snowden dans le documentaire Citizenfour, ce sont les citoyens qui sont aujourd’hui écoutés sans limite par les grandes agences de renseignements mais c’est aussi à eux de retourner cette surveillance contre les états espions.

Livre - 1974
La Taupe
John Le Carré
Vidéo - 2014
Citizenfour
Laura Poitras
Livre - 2007
Sur Écoute. Esthétique de l’espionnage
Peter Szendy

# L'écrivain et son double

L’espionnage est propice à tous les dédoublements et d’abord à celui de l’écrivain. La série Fleming montre comment l’auteur a nourri son personnage, James Bond, de ses propres aventures. Tandis que Philip Roth, dans Opération Shylock, s’invente un homonyme inquiétant et comique ou que Philippe de Broca, dans Le Magnifique, tente une drolatique mise en abyme entre un romancier d’espionnage et son double fantasmatique.

Vidéo - 2014
Fleming
John Brownlow
Don Mc Pherson
Livre - 1995
Opération Shylock
Philip Roth
Vidéo - 1973
Le Magnifique
Philippe de Broca

# Fantasmagories

Lieu de tous les fantasmes, l’espionnage est un genre qui s’évade très volontiers vers l’imaginaire et le délire. Des personnages de bande dessinée mis en scène par Jonathan Coe dans Expo 58 à Belmondo alias Bob St Clar dans Le Magnifique, en passant par l’agent 007 en personne, Philip Roth aux prises avec le Mossad dans Opération Shylock ou les figures, plus baroques les unes que les autres, de La Lettre du Kremlin... Sans oublier la musique d’un faux film d’espionnage imaginée par David Whitaker dans Music to Spy by...

Vidéo - 1973
Le Magnifique
Philippe de Broca
Livre - 2014
Expo 58
Jonathan Coe
Disque - 1966
Music to Spy by
David Whitaker

Pendant ce temps là ...