dada-les-dadaismes-rapport-sur-laneantissement-de-lancienne-beaute

Marc Dachy -
En pleine boucherie, pendant que Français et Allemands se gazent et se trucident, et puisque plus rien n’a de sens, que le monde est devenu fou, à Zurich, au cabaret Voltaire, un groupe de jeunes gens va dynamiter l’art et inventer un courant qui irriguera toutes les avant-gardes du vingtième siècle : Dada. Provocateur, iconoclaste, refusant toute contrainte idéologique, morale ou artistique, ce mouvement prône la confusion, la démoralisation, le doute et dégage les vertus de la spontanéité, de la bonté, de la joie de vivre. Paradoxalement, son activité de déconstruction et de destruction des langages (verbal et plastique) se traduit par des œuvres durables qui ouvrent certaines voies majeures de l'art contemporain.