70 ans de Série Noire

« L’amateur d’énigmes à la Sherlock Holmes n’y trouvera pas souvent son compte », annonçait Marcel Duhamel lorsqu’il créa la Série Noire, en 1945. Un titre de collection trouvé par Jacques Prévert, une couverture dessinée par Picasso, et une passion assumée pour la littérature de mauvais genre et des bas-fonds, immorale et subversive : la Série Noire devient le reflet des désordres de la société, de ses perversions et de ses hypocrisies. Plus de 2880 romans plus tard, elle ne cesse de révéler de nouveaux talents. L’occasion, alors que se tient à Lyon, du 27 au 29 mars, le festival Quais du Polar, de vérifier ce qu’en disait Jean-Patrick Manchette : « Duhamel a inventé la grande littérature morale de notre époque. ».

les oeuvres
les thèmes

# Pulp fictions

C’est dans les pulps américains nés au début des années 1920, tels que Black Mask ou Dime Detective, qu’ont débuté la plupart de ces écrivains qui entendaient s’affranchir des codes du « polar de détection » à la Agatha Christie, le fameux whodunit. Des James Cain, Horace McCoy, Dashiell Hammett ou Raymond Chandler, qui préfèrent le décor - de la rue - à l’intrigue, y feront notamment leurs premières armes : c’est dans Black Mask que paraît, en 1929, la première aventure de Sam Spade, Le Faucon Maltais, qui va marquer profondément de futurs écrivains comme Chester Himes.

Livre - Joseph K. - 1996
Les auteurs de la Série Noire
Jacques Schleret Claude Mesplède
Jean
Livre - Série Noire - 1953
The Long Goodbye (Sur un air de navaja)
Raymond Chandler
Livre - Série Noire - 19531982
Hammett
Wim Wenders

# Frissons et faits divers

Si les histoires policières ont rapidement fasciné le public, c’est qu’elles prétendaient s’inspirer de faits réels. Le fait divers est devenu le nom d’une rubrique à part entière en 1863 dans Le Petit Journal. Il s’agissait autant de crimes effrayants que d’actes de sauvetage héroïques. C’était presque un miroir de la société, et un extraordinaire vivier dans lequel les romanciers, d’Edgar Allan Poe à Michael Connelly, en passant par Jim Thompson ou James Ellroy, n’ont cessé de puiser.

Livre - Libretto - 1956
Crimes exemplaires
Max Aub
Livre - Robert Laffont - 2014
French Deconnection
Philippe Pujol
Livre - Terre éditions - 2013
Encyclopédie illustrée des pistolets, revolvers, mitraillettes et pistolets mitrailleurs
Livre - Terre éditions - 20131959
Anatomy Of A Murder
Duke Ellington

# Un observatoire de la société

Dans ses romans, Raymond Chandler entendait décrire un monde « où les gangsters peuvent gouverner les nations, où un juge à la solde des politiques se contentera d’intervenir pour la forme. » Dans une veine réaliste, le polar s’en prend alors à l’illusion de « Rêve américain », notamment après la Grande Dépression. Partout où il passe, il fait les poubelles de l’Histoire, révélant sa face cachée et les faits occultés par le pouvoir. En France, des auteurs comme Jean-Patrick Manchette et Didier Daeninckx définissent alors le genre comme « une littérature d’intervention sociale ».

Livre - Terre éditions - 201319591954
Touchez pas au grisbi
Jacques Becker
Livre - Série Noire - 2009
Renegade Boxing Club
Thierry Marignac
Livre - Armand Colin - 2014
Sociologie des élites délinquantes
Marco Cherti
Pierre Lascoumes
Carla Nagels
Livre - Robert Laffont - 2014
French Deconnection
Philippe Pujol

# Littérature de gare

Prosaïque, l’écrivain Walter Benjamin estimait que le roman policier permettait d’endormir la peur du voyage - en train - en la remplaçant par une autre. Si les polars ont eu si mauvaise réputation, c’est souvent qu’ils étaient mal traduits et que leurs auteurs touchaient des droits inférieurs à la moyenne, ce qui permettait un prix de vente modique. Décriée par les « académiciens », la Série Noire fut pourtant acclamée par les Surréalistes, les Oulipiens et par un certain Jorge Luis Borges, qui disait : « Le roman policier sauve l’ordre dans une époque en désordre. »

Livre - Joseph K. - 1996
Les auteurs de la Série Noire
Jacques Schleret Claude Mesplède
Jean
Livre - Série Noire - 1958
La Reine des Pommes
Chester Himes

# Le « héros » : flic ou voyou ?

Dans le roman noir, le criminel « s’humanise » parfois, et la figure mythique du détective demeure celle d’un héros broyé par le monde et marqué par la fatalité. Même s’il est « preux » et moral, il ne croit plus vraiment en la justice des tribunaux. Il est borderline, il sait que tout se règle dans les arrière-cours et les ruelles sombres, et il agit dans les marges. Parfois, la violence de l’enquêteur devient plus terrifiante que le mal qu’il combat... Comme chez le personnage de Ken Bruen, le Sergent Brant, qui affirme : « Moi, je suis né avec la rage, et depuis ça n’a fait qu’empirer. »

Livre - Série Noire - 1953
The Long Goodbye (Sur un air de navaja)
Raymond Chandler
Livre - Flammarion - 1972
Ringolevio
Emmett Grogan
Livre - Série Noire - 1968
Le Chanteur de gospel
Harry Crews

# Ethno-polar

C’est le dernier terme à la mode pour désigner un genre qui voyage de plus en plus, tout en se méfiant de l’ethnocentrisme, et qui démonte la notion d’exotisme pour devenir une sorte d’anti-guide des contrées plus ou moins lointaines. Car le polar s’apparente aussi à une « littérature de territoire », qui prend racine pour dire des existences, des destins et des dysfonctionnements spécifiques. De la Norvège de Jo Nesbo au Sénégal d’Abasse Ndione, en passant par la Mongolie de Ian Manook, il aura « contaminé » toutes les littératures du monde, devenant ainsi quasiment un genre universel.

Livre - Série Noire - 2013
L’Expatriée
Elsa Marpeau
Livre - Série Noire - 2015
Du Sang sur la glace
Jo Nesbo
Livre - Série Noire - 2009
Renegade Boxing Club
Thierry Marignac

Pendant ce temps là ...